Cinéma : Le sacrifice à l’affiche dans les salles de cinés

0

Nikiéma Adama est le réalisateur du film le sacrifice. Sorti pour la première fois en salle de ciné le 08 octobre, le long métrage glane déjà les éloges des cinéphiles. Le producteur se dit fière d’accompagner ce type de productions.

Cinéma : Le sacrifice à l’affiche dans les salles de cinés Nikiéma Adama est le réalisateur du film le sacrifice. Sorti pour la première fois en salle de ciné le 08 octobre, le long métrage glane déjà les éloges des cinéphiles. Le producteur se dit fière d’accompagner ce type de productions.Pauvreté, maraboutage, drame, sont les maitres mots de la réalisation de Adama Nikiéma. Avec des acteurs jeunes, l’œuvre narre l’histoire d’un jeune homme du nom de Ibra qui est confronté à une situation difficile au sein de sa famille et dans la société. En effet celui-ci a connu une brillante carrière estudiantine. Malheureusement il n’arrive pas à joindre les deux bouts après les études. Cette situation le fait perdre espoir car sa génitrice le traite à longueur de journée de moins que rien. Dans le quartier où il vit avec sa mère et ses frères et sœur Ibra est la risée. Son jeune frère qui s’occupait de la famille grâce à son emploi et qui faisait la fierté de sa mère vas plus tard se retrouver sans emploi comme ibra. Sa sœur quant à elle, tente un avortement sans succès et le bailleur, lui réclame sa maison. Ayant le dos au mur, car ne pouvant rien apporter comme aide à sa famille, il décide sous conseil de son ami de se donner en sacrifice – vendre son âme au diable- afin de soulager les peines de ses proches. Les lignes de sa vie commencent à bouger. Ibra devient un richissime homme d’affaire. Puis la mort survient. Sa mère ne pouvant pas supporter de perdre son fils demande alors l’aide d’un pasteur qui intercède pour lui. Ibra revient alors à la vie et décide de vivre désormais sous la volonté de Dieu.

Même si l’histoire relatée dans le film n’est pas celui du réalisateur, il tente néanmoins de peindre les réalités que vivent certains jeunes au sein de leurs familles et dans la société. Les cinéphiles quant à eux se réjouissent d’avoir effectué le déplacement car, ils en sont sortis nantis. « Nous avons reçu des conseils à travers ce film. Comme quoi il faut apprendre à vivre selon ses moyens et être patient» explique une cinéphile toute joyeuse. Elle invite tous ceux qui n’ont pas encore effectué le déplacement pour découvrir le film à ne pas hésiter.

Quant au producteur Sékou Oumar Sidibé dit inspecteur Rock du commissariat de Tampy présent à la projection, l’esprit du film dit-il l’a motivé à accompagner le réalisateur.
Le film sera en projection jusqu’au 14 octobre au ciné Burkina à Ouagadougou avant d’être projetée dans les autres salles de ciné.


Mireille Bailly

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.