« Ce que les élites africaines ne font pas pour le peuple, le peuple le fera lui-même », Kemi Seba

0

Le panafricaniste Kemi Seba séjourne au pays des hommes intègres depuis le 21 août passé. À travers sa tournée de combat politique, l’activiste est venu présenter son 4e ouvrage qui est sur le marché, il y a environ 2 mois à la population burkinabè. Ce livre intitulé « L’Afrique libre, ou la mort » dresse le bilan et les perspectives du combat politique.

Le panafricaniste Kemi Seba a présenté son livre intitulé « L’Afrique libre, ou la mort » à la population burkinabè lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi 22 août 2018, à Ouagadougou. À l’entendre ce livre est un stratège du combat politique africain. En effet, il est une boussole pour la génération future de savoir où nous en sommes et où nous voulons aller. Parlant de combat politique, il s’agit du front anticolonialisme.  Ce combat est mis en place par l’ONG de l’agence panafricaniste pour lutter contre le néocolonialisme de façon générale et non uniquement contre la monnaie ‘’Franc CFA’’ comme le pense d’ailleurs certains médias français, a indiqué Kemi Seba. Ce combat anti-cfa est le plus partagé par la jeunesse africaine. Selon Kemi Seba, le Franc CFA pose de multiples problèmes aux différents pays. Ce combat prône une monnaie unique africaine et la libre circulation des biens et des personnes en Afrique. En outre, le combat global est de décoloniser les élites africaines.

Au cours de son séjour à Ouagadougou, il est prévu des plateaux de débat sur des chaines de radio (Watt FM), des entretiens avec les étudiants des cités de Kossodo et de la patte d’Oie dans l’optique de sensibiliser l’ensemble de la population. Après, l’activiste poursuivra son combat politique dans la cité de Sya. Dans sa lutte contre le néocolonialisme, Kemi Seba a été incarcéré suite au billet de franc CFA qu’il avait brulé.  C’est ainsi que certains pays comme le  Sénégal,  de la Guinée et du Togo l’interdisent d’accéder à leurs territoires. Mais bon nombre de jeunes africains sont entrain de prendre cette lutte, a fait savoir l’activiste. Les différents aspects de ce combat de lutte contre le néocolonialisme doivent nous pousser dans une démarche de justice sociale pour la population. C’est un combat contre la mal gouvernance, la corruption, la tricherie et les dérives politiques. Car, pour lui, il ne peut pas avoir l’auto-détermination si nous sommes dirigés par des corrompus. C’est aussi un combat contre la prédation, la spoliation des élites exogènes vis-à-vis de la population africaine. Pour ce faire, le front anti-franc CFA compte soutenir les élites qui sont déterminés pour la cause des populations africaines mais s’ils n’y sont pas nous allons présenter notre candidat issu de la société civile lors des prochaines élections.

Saaniayouor Levis KPODA (Stagiaire) 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.