Caravane Oskimo Tour : lutter contre la drogue pour endiguer le terrorisme

0
lutter-contre-la-drogue-pour-endiguer-le-terrorisme

Le lancement de la 12e édition de la caravane « Oskimo Tour jeune propre sans drogue » est intervenu le 12 avril 2019 à Ouagadougou. Prévue du 12 au 30 avril, la caravane va sillonner des villes du Burkina pour sensibiliser les jeunes sur les impacts de la drogue.

Au Burkina Faso, la consommation de la drogue est une réalité. La preuve, les statistiques du CHU-YO le démontrent clairement. En effet, durant les trois années écoulées, 123 332 tonnes de cannabis, plus de 51 000 kg de cocaïnes, 826 kg d’héroïne et plus de 36 000 tonnes de médicaments de la rue ont été saisies au Burkina Faso. C’est dans cette logique que lancée il y’a une décennie de cela, la caravane Oskimo Tour de Youssouf Sawadogo se penche pour sa 12e édition sur le thème : « Lutte contre la drogue : quels impacts sur le terrorisme au Burkina Faso ? ».Pour Claudine Lougué, ministre de la santé et présidente de la présente édition, le thème retenu est une opportunité qui va permettre de sensibiliser, de conscientiser les populations surtout la frange jeune sur l’impact du terrorisme mais aussi suscitera l’adhésion de la population à collaborer auprès des forces de défense et de sécurité.

« Par ces temps difficiles où le monde fait face à l’extrémisme violent, à la menace terroriste, aux actes récurrents d’incivisme et au mépris d’une quelconque autorité, nous ne pourrons que promouvoir de pareilles initiatives », a laissé entendre Ahmed Moussa Diallo, PCA de l’Institut Africain de Management, parrain de la présente édition.
Quant au promoteur, Youssouf Sawadogo alias Oskimo, il dit avoir bénéficié du soutien de certains membres du gouvernement, des ambassades allemande et chinoise au Burkina Faso. Il a aussi rappelé que cela fait plus d’une décennie qu’il s’est engagé dans cette lutte qu’il considère noble. Pour ce qui est du choix du thème, le promoteur estime que les jeunes sont attirés par l’appât du gain facile ; ce qui les conduit à emprunter le chemin de la facilité. Ainsi, certains finissent par tomber dans la consommation de la drogue. C’est pourquoi : « la drogue ne peut avoir de conséquence positive sur un individu. Un drogué ne peut en aucun cas réussir dans la vie et réussir sa vie. De ce fait, n’en consommez pas ».

Notons que cette 12e édition sera ponctuée par des activités de causeries-débats dans les établissements scolaires, des émissions radiophoniques, des formations, des actions de plaidoyer dans six(06) grandes villes du Burkina que sont Ouagadougou, Tougan, Dédougou, Koudougou, Ouahigouya et Tenkodogo .

Wendemi Annick KABORE

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.