Biotechnologies : le secteur semencier au menu d’une rencontre à Ouagadougou

0
Le Forum Ouvert sur les biotechnologies agricoles (OFAB Burkina) et African Seed Trade association (AFSTA) ont organisé un atelier d’échanges sur l’impact des biotechnologies sur le développement du secteur semencier burkinabè le samedi 25 aout 2018 à Ouagadougou. 

Le secteur semencier occupe une place importante dans la chaine du secteur agricole. Malheureusement en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier, ce secteur rencontre des difficultés. En effet, selon des chiffres officiels l’Afrique reste un acteur mineur dans le commerce mondial des semences, avec moins de 2% de part de marché. Face à cette situation, des actions s’avèrent nécessaires pour lutter contre les difficultés et favoriser une bonne représentativité de l’Afrique dans ce secteur. C’est ce défi que African Seed Trade (AFSTA) et ses partenaires dont OFAB-Burkina veulent relever. Mais pour atteindre les objectifs escomptés il faut une collaboration des entreprises semencières. C’est ainsi qu’au cours de l’atelier Aghan Daniel d’ASFTA a invité les participants notamment les responsables de l’association nationale des entreprises semencières du Burkina Faso (ANES-BF) à s’engager afin que le secteur connaisse une évolution au Burkina Faso.

Dr Edgard Traoré, coordonnateur de OFAB-Burkina

Pour Dr Edgard Traoré, coordonnateur de OFAB-Burkina, cet atelier à permis de parler des technologies qui sont vulgarisées en Afrique et dans le monde, de lever les zones d’ombres sur les questions des biotechnologies et des OGM et montrer pourquoi on doit évoluer vers les biotechnologies modernes. Il a laissé entendre que le secteur semencier burkinabè rencontre des difficultés. Pour mettre à ces difficultés, Edgard Traoré propose entre autres une collaboration entre les géniteurs des semences et les utilisateurs.

L’atelier a été marqué par plusieurs communications animées par des experts. Il s’agit de « la biotechnologie en Afrique, Biosécurité : la situation au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest ; l’utilisation du BT moderne : cas de la patate douce au Burkina Faso ; l’utilisation du BT moderne : cas du Niébé au Burkina Faso. »

A l’issue des communications les participants ont eu des échanges sur les stratégies et opportunités de partenariat.

 

M’pempé Bernard HIEN

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.