Art : la sculpture, une passion pour  Gouamwaoga Jérôme Kaboré

0
Koudougou-sculpture-Gouamwaoga -Jérôme- Kaboré
Avec l’art comme domaine de prédilection, Gouamwaoga Jérôme Kaboré s’est spécialisé dans la sculpture en béton. L’immensité du talent de cet artiste sculpteur basé à Koudougou n’est plus à démontrer. Cependant, au regard des nombreuses difficultés qu’il rencontre, l’artiste ne vit malheureusement pas pour l’instant de son art, mais ne désarme pas pour autant. 

La sculpture en ciment n’a plus de secret pour Gouamwaoga Jérôme Kaboré. Son amour pour l’art ne date pas de maintenant. Pour la petite histoire, il explique que depuis son enfance, il fabriquait déjà de petites statuettes en terre cuite à l’approche de Noël qu’il vendait à ses camarades. Animé depuis tout ce temps d’un grand amour pour l’art, il décide donc à partir de 2015 de peaufiner ses connaissances à travers un stage de trois (3) mois au métier du bronze. C’est de là que l’artiste s’est spécialisé plus tard dans la sculpture en béton pour vivre pleinement son rêve. Après une licence en Lettres Modernes, Mr Kaboré a été recruté dans le cadre du programme emploi jeunes pour l’éducation nationale (PEJEN) en tant que professeur de Français. « Même étant en classe en train d’enseigner le français aux élèves, la sculpture domine mes pensées » nous a confié l’artiste.

La musique et son environnement comme ses sources d’inspiration

Avec pour matière première le fer à béton, le ciment, le plâtre et la peinture, il faut généralement entre trois (3) semaines à un (1) mois à l’artiste sculpteur pour la réalisation d’une œuvre. Jérôme Kaboré avec pour source d’inspiration la musique et son environnement, dit avoir à son actif plus d’une trentaine d’œuvres à travers lesquelles il aborde plusieurs thèmes comme la paix, l’union, la solidarité et l’éducation : « Par exemple l’œuvre sur laquelle je travaille, c’est-à-dire la statuette de la vierge Marie, m’a pris vingt-sept (27) jours. Sur cette œuvre vous trouverez au niveau du socle la carte de l’Afrique qui laisse percevoir en grand celle du Burkina ; et je tends à symboliser l’harmonie et la solidarité grâce aux prières de la vierge Marie».

Plusieurs difficultés font barrière à l’artiste

Koudougou-sculpture-Gouamwaoga -Jérôme- Kaboré
Une des œuvres de l’artiste

La créativité mêlée à la dextérité avec laquelle l’artiste travaille laisse percevoir l’immensité de son talent dans ses œuvres. Cependant, confronté à plusieurs difficultés, notre artiste sculpteur confie qu’il ne vit pas pour l’instant de son art au regard des nombreuses difficultés : « La difficulté majeure est le difficile écoulement de mes œuvres, car les nationaux ne s’intéressent pas vraiment à l’art. Nos acheteurs potentiels sont les touristes, qui malheureusement ces dernières années se comptent des bouts du doigt, au regard de la situation sécuritaire que traverse le Burkina ». Outre cela, poursuit Mr Kaboré, nous artistes nous avons des difficultés pour contracter des prêts dans certaines institutions bancaires, car nous ne disposons pas de garantie. D’où son cris de cœur à l’Etat pour qu’il travaille à rendre plus accessible les fonds alloués à la culture et qu’il veille aussi à la mise en place d’une banque culturelle.

L’artiste nourrit l’ambition de se tailler une place de choix dans la sculpture

En dépit de ces difficultés, Gouamwaoga Jérôme Kaboré rêve grand et ne désarme pas. Il dit avoir une pile de projets au grand bonheur de la ville de Koudougou, mais recherche des financements pour les réaliser. L’artiste nourrit l’ambition d’être un grand sculpteur et compte se faire une notoriété dans le monde de la sculpture. Pour l’instant c’est à domicile au quartier Dapoya de Koudougou et dans certaines galeries d’art qu’il expose ses œuvres, et ambitionne ouvrir un jour son atelier pour les exposer et partager son savoir à ses jeunes frères.

Aziz KABORE (Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.