Afrique du Sud-réforme foncière : Pretoria mécontent de l’ingérence de Trump

0

En appelant à une enquête sur la politique d’expropriation sans indemnisation en cours en Afrique du Sud, le président des États-Unis s’est attiré les foudres du gouvernement. Pour Pretoria, la déclaration de Donald Trump rappelle le douloureux passé colonial du pays.

« J’ai demandé au secrétaire d‘État @SecPompeo d‘étudier de près les saisies de terre et de fermes, les expropriations et les meurtres de grande ampleur de fermiers en Afrique du Sud », a écrit hier le président des États-Unis, Donald Trump.

Seulement voilà. Il n’a fallu que quelque 24 heures pour que Pretoria réplique. « L’Afrique du Sud rejette totalement cette vision étroite qui ne vise qu‘à diviser la nation et à nous rappeler notre passé colonial », peut-on lire sur le compte Twitter du gouvernement sud-africain.

Quelques mois avant les élections générales prévues en l’année prochaine, des observateurs voient en cette politique une opération de charme de Cyril Ramaphosa. Pour le président sud-africain, il est question de « réparer l’injustice historique grave », allusion sans doute faite aux discriminations multiformes, dont foncières commises par le régime d’apartheid.

De là à afficher une certaine opiniâtreté dans la mise en œuvre de sa politique foncière. « L’Afrique du Sud va accélérer le rythme de la réforme d’une façon prudente et inclusive qui ne divise pas la nation. Aujourd’hui, la minorité blanche, qui représente 8 % de la population d’Afrique du Sud, possède 72 % des fermes contre « 4 % seulement pour les Noirs (80 % de la population)», constate Pretoria.
La deuxième incartade trumpiste envers l’Afrique

Et la toile n’a pas tardé à s’enflammer. De nombreux internautes ont réagi négativement à la déclaration du dirigeant américain. Ainsi qu’en témoignent les réponses au tweet de Donald Trump.

Quelque huit mois après la fameuse et tristement célèbre polémique sur l’affaire dite « Pays de merde », Donald Trump pourrait encore se mettre à dos toute une Afrique visiblement lassée d‘être quotidiennement et copieusement rapetissée.

À moins que, pendant sa tournée africaine prévue en octobre prochain, son épouse Melania fasse preuve de véritable contrition pour dissiper le malaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.