Putsch manqué : <>, Gbondjanté Dibloni, sergent chef

0
Le sergent-chef Gbondjanté Dibloni et le sergent Salif Couldiaty ont comparu à la barre ce samedi 28 juillet 2018. Tout comme les autres accusés, ils ont nié les faits. Depuis le début du procès, Salif Couldiaty est le 27ème accusé et c’est avec lui que sera suspendu pour reprendre le 16 août prochain.

 

A la barre, le sergent Salif Coulibaly plaide non coupable. Il affirme faire la navette entre son binôme Koné qui était de garde à proximité du camp de groupement pour la simple raison, qu’il n’avait rien à faire au moment des faits. Il dit avoir eu l’information du coup d’état à travers les bandes passantes de la télévision France 24 disant qu’un groupe de commando a fait irruption dans la salle du conseil des ministres en empêchant le conseil. A l’entendre c’est le 16 septembre aux environs de 18h qu’il est allé au camp et cette fois ci par curiosité. Arrivé explique -il, il s’est renseigné auprès de se ses frères d’armes et ceux -ci lui ont fait savoir que les autorités de la transition à savoir Michel Kafando le président et le premier ministre ont été arrêté.

Le sergent-chef Gbondjaté a également plaidé non coupable. Après avoir tenté de prouver son innocence, il a précisé que le coup d’état a été perpétré par le Groupement des Unités spéciale.

Pkooda Levis (Stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.