Planification humanitaire 2023 au Burkina : les besoins prioritaires des personnes déplacées au centre des débats

0
Planification humanitaire 2023 au Burkina : les besoins prioritaires des personnes déplacées au centre des débats

Le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA – United Nations Office for thé Coordination of Humanitarian Affaires) a ouvert ce jeudi 29 septembre 2022, son atelier de lancement du Processus de mise à jour de la planification humanitaire au Burkina Faso. L’objectif de cet atelier est de promouvoir une compréhension partagée des besoins humanitaires au Burkina Faso, comme base de référence pour le processus de planification humanitaire en 2023.

 

Planification humanitaire 2023 au Burkina : les besoins prioritaires des personnes déplacées au centre des débatsPlus de 1,5 millions de Burkinabè déplacés au cours de l’année 2022 pour des besoins extrêmes. C’est sur  cette question principale que l’atelier  national de lancement du processus de mise à jour de la planification humanitaire pour 2023 a été ouvert. Lancé par le Ministre de la Solidarité Nationale et de l’Action Humanitaire Lazare W ZOUNGRANA, cet atelier se focalisera sur les besoins des milliers de déplacés internes au Burkina Faso, et que faire pour les réduire au cours de l’année 2023.

Planification humanitaire 2023 au Burkina : les besoins prioritaires des personnes déplacées au centre des débatsSelon Lazare ZOUNGRANA, les principes directifs relatifs aux déplacés internes commandent que celles-ci puissent bénéficier de 4 groupes de protection à savoir la protection de leurs droits civils et politiques(le droit à la vie, la sécurité, au bien-être physique et à l’unité de la famille), la protection de leurs droits sociaux et politiques (accès à la nourriture, un abris, la santé et l’éducation primaire), la protection de leurs droits civils et politiques (la documentation personnelle, liberté de mouvement, d’expression, d’opinion , de religion ou de droit de vote) et la protection des droits sociaux et  économiques (logements, terres et biens, moyens de subsistance, l’accès à l’éducation secondaire et universitaire).

Au cours des activités de cet atelier, les objectifs seront d’informer sur l’évolution du contexte humanitaire au Burkina Faso en 2022 et les perspectives en 2023. Aussi, d’échanger sur la méthodologie du cycle de planification humanitaire ; sur la mise à jour de l’analyse des besoins humanitaires au niveau national, de présenter les thématiques transversales parties intégrantes de la planification humanitaire et les prochaines étapes du processus.

Aussi, la Coordonnatrice Humanitaire, Barbara MANZI, a tenu à préciser qu’en plus de ce cycle de programmation humanitaire, il est attendu un plan de réponse humanitaire qui définira le nombre de personnes ciblées pour les interventions de différents partenaires, les stratégies d’opération et le budget nécessaire pour la réponse au cours de l’année . « Un des objectifs de ce processus de planification est de mobilier les ressources humaines, techniques et financières et de les gérer avec parcimonie pour répondre aux différents besoins multisectoriels qui se multiplient de façon exceptionnelle », a affirmé Barbara MANZI.

En outre, la crise humanitaire conjuguée à une inflation des prix des denrées de première nécessité augmentent le nombre de la vulnérabilité de personnes dans le besoin et malgré les efforts du gouvernement et de ses partenaires, le nombre de personnes continue de croître passant de 1,3 millions en juin 2019 à 4,9 millions en août 2022. Selon Barbara MANZI, bien vrai que les besoins augmentent, le vrai défi est de trouver les ressources pour y répondre car les structures de financements humanitaires s’essoufflent et il faudra que tous les acteurs apportent leurs parts de contribution afin de permettre à l’aide d’urgence de ne se focaliser que sur les vulnérables les plus extrêmes.

« Afin de répondre de façon quantitative et qualitative aux besoins croissants des populations affectées, une analyse des besoins est incontournable(…) je vous exhorte, en vos qualités d’experts de la question humanitaire, à faire une planification réaliste et pointue, où les capacités actuelles des partenaires humanitaires et le contexte difficile pour la mobilisation des ressources au niveau mondial est bien pris en compte » a souhaité Barbara MANZI.

Djamilatou TRAORE (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.