Crise sécuritaire au Burkina Faso : les femmes leaders civiles et FDS veulent apporter leurs soutiens aux Forces armées nationales

0
les- femmes- leaders -civiles –et- FDS -veulent -apporter -leurs -Soutiens -aux -Forces -armées -nationales

En partenariat avec le Réseau des Femmes pour la Réconciliation Nationale, la Cohésion et l’Equité Sociale (REFERENCES), l’ONG Promédiation organise une formation en médiation et gestion de conflits, ce 27 septembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif de cette formation, est de favoriser le rapprochement entre les femmes leaders civiles et celles des forces de sécurité en renforçant leurs capacités à s’impliquer activement dans la gestion des conflits.

les- femmes- leaders -civiles –et- FDS -veulent -apporter -leurs -Soutiens -aux -Forces -armées -nationales
Mahamoud Diallo, Représentant pays de Promédiation

Dirigée par des professionnels alliant une expertise de haut niveau en médiation et négociation, à une importante expérience de terrain en Afrique, Promédiation est une organisation non gouvernementale à but non lucratif. Cette organisation qui intervient en soutien aux processus de paix et aux efforts de prévention de conflits organise souvent des formations en médiation et gestion des conflits avec des hommes, mais a décidé cette fois-ci d’impliquer spécifiquement les femmes car, selon le représentant pays de Promédiation, elles peuvent jouer un très grand rôle. « On a pensé à faire un truc spécifique avec les femmes, uniquement des femmes, parce que nous savons tous qu’elles peuvent jouer un très grand rôle et nous pensons que de retour chez elles, elles pourront travailler à désamorcer les cœurs, à sensibiliser, à mieux faire pour la promotion de la paix et de la cohésion sociale sur le terrain » dixit Mahamoud Diallo, Représentant pays de Promédiation.

les- femmes- leaders -civiles –et- FDS -veulent -apporter -leurs -Soutiens -aux -Forces -armées -nationales
Gifty Narh Guiella, présidente de REFERENCES

Elles sont une centaine, dont 40 femmes FDS et 55 femmes Civiles, qui participent à cette formation. Une formation qui leurs permettra de renforcer leur connaissance et confiance mutuelle, de mieux comprendre le contexte du terrorisme et de l’extrémisme violent au Burkina Faso, de s’approprier les concepts utilisés dans les processus de paix et de gestion des conflits, de développer leurs compétences en communication non violente, négociation et médiation, sensibilisation pour la prévention de l’extrémisme violent dans différents contextes à travers des simulations et autres exercices. « Nous allons acquérir des capacités et des outils à travers des jeux, des exercices pratiques, pour être plus compétentes, plus expertes quand nous allons sortir de cette formation pour intervenir de façon concrète dans les communautés et à l’échelle nationale pour pouvoir apaiser, atténuer et éteindre les conflits », a affirmé Gifty Narh Guiella, présidente de REFERENCES.

En plus, le représentant pays de Promédiation a tenu à préciser que cette formation n’est qu’un début et qu’à la fin, il y’aura des échanges et des recommandations pour avoir un plan d’action sur le terrain, et  accompagner ces femmes qui sont venues des provinces à amener des actions d’envergure afin de toucher le maximum de personnes sur le terrain. La formation durera trois jours, et prendra fin le jeudi 29 septembre 2022.

Djamilatou TRAORE (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.