Burkina : le CGD à la recherche d’un contrat social adapté

0
Burkina : le -CGD -à -la –recherche- d’un- contrat- social- adapté

Chaque 15 Septembre est commémoré la journée internationale de la démocratie. A cet effet, ce tient à Ouagadougou, un atelier sur le thème « Quel nouveau contrat social pour le Burkina Faso ». Organisé par le Centre pour la gouvernance démocratique Burkina Faso (CGD) cet atelier se veut être le lieu de réflexion des sillons d’un contrat social pour le Burkina.

le -CGD -à -la –recherche- d’un- contrat- social- adaptéLe sociologue Alkassoum Maiga, dont la communication s’est axée sur le sous-thème “Penser un nouveau contrat social pour le Burkina“, pense que le Burkina Faso ne dispose pas d’un contrat social adapté. Selon lui, il fallait avoir un contrat social clair qui souscrirait dans la logique du vivre-ensemble des Burkinabè. Pour lui, il faut retenir les éléments fédérateurs pour s’accorder sur la base du contrat social, afin de pouvoir lier les populations entre elles.

 

le -CGD -à -la –recherche- d’un- contrat- social- adaptéPr Alkassoum Maiga a également laissé entendre qu’il faut mettre de l’ordre dans les différents ordres de pouvoir. « On n’arrive pas à situer clairement les relations qui doivent exister entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire. L’État doit aussi mettre de l’ordre dans son fonctionnement, à travers les appareils répressifs et idéologiques agencés de façon claire », dixit-il.

https://youtu.be/XSDBkILegLA

Dans la même logique des thèmes tels que comprendre le délitement du contrat social au Burkina Faso, lutte contre le terrorisme et respect des principes de l’Etat de droit ont été développés au cours de ce panel.

le -CGD -à -la –recherche- d’un- contrat- social- adaptéLes recommandations qui sortiront de ce dialogue démocratique seront transmises à haut lieu pour une meilleure amélioration de la démocratie. « À l’issue de ce panel il y aura des recommandations et les organisations partenaires de cette initiative vont pousser la réflexion et faire remonter les informations pour que des actions soient menées afin d’améliorer les règles du jeu pour qu’on n’accuse pas la démocratie comme étant la cause du problème mais peut-être c’est le jeu démocratique qui doit améliorer pour que les burkinabè se sentent dans un pays démocratique », a fait comprendre Douamba Simon Pierre du CGD.

https://youtu.be/XSDBkILegLA

 

Aubin OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez laisser un commentaire
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.